Les résidences dites "village", le premier "concept" si on peut l'appeler ainsi, des Senioriales, dont fait partie celle de Grasse, ouverte en septembre 2009 (il y a dix ans maintenant), sont un véritable fiasco dans tous les domaines !

 

Grasse, où a été créée en novembre 2010 l'association de défense des copropriétaires (pour ceux de Grasse car nous ignorions alors que le "bazar" existait partout), est l'occasion de faire un bilan, calamiteux pour cette société qui ne peut survivre que par le déni, le mensonge et les magouilles ! Nous allons en apporter la preuve !

Faut-il être stupide (s) pour envoyer une telle invitation, mise dans les boîtes aux lettres des résidents (dont 55% de locataires) avec des bailleurs qui ne sont JAMAIS venus dans la résidence, ni aux assemblées générales, pour la grande majorité d'entre eux ! Uniquement des investisseurs, qui ont fait un placement, sans se soucier des désordres et de l'ambiance exécrable qui y règne !

 

Comment "fêter" les 10 ans de son ouverture quand cette résidence subit toujours ce que ce promoteur indélicat - pour le moins - a laissé aux copropriétaires ?

Une absurdité de plus, une ineptie dont ce promoteur est capable, partout. Il survit car ce marasme est loin d'être connu à l'extérieur !

Le rappel d'une lettre de copropriétaires de Grasse, au président des Senioriales. Ils ont quitté, contre d'autres, à Grasse ou ailleurs, une résidence qui ne leur a apporté que des soucis !

Ils n'étaient pas venu pour n'avoir que des problèmes, par le non respect, par le promoteur, du bien vendu (et des parties communes) !
Leur lettre n'est pas agressive, mais le promoteur ne fera rien, à l'exception du portail qui sera changé en 2015, l'ADCS ayant apporté la preuve des mensonges de ce maître d'ouvrage peu scrupuleux.
Lassitude des résidents.pdf
Document Adobe Acrobat 846.9 KB