Bienvenue sur le site de l' A D C S

Association de Défense des Copropriétaires des résidences Senioriales et Ex résidences Senioriales


Les Indignés des "Senioriales" - Qui sommes-nous?

 

Nous sommes des seniors retraités, copropriétaires dans une des résidences "Senioriales". Nous avons été intéressés par ce "concept", proposé pour passer une retraite paisible.

 

Les logements, maisons ou appartements, devaient être aménagés afin de faire face, dans le temps, au vieillissement (par exemple salle de bains "ergonomique") et nous rendre la vie plus facile...

 

Mais, sur place, nous avons constaté que les équipements ou l'achèvement des travaux ne correspondaient pas aux promesses ou aux affirmations du promoteur qui se prétend pourtant "Expert en résidences seniors".

 

L'état des espaces verts, du réseau d'arrosage avec des fuites, des équipements, l'absence de finitions en rapport avec le "niveau" prétendu de ces résidences; les nombreuses malfaçons et non façons ajoutées à de rapides dommages divers et nombreux tous azimuts...etc., ont fait que rapidement ce furent pour beaucoup la déception puis la colère.

 

La colère car le promoteur refusait le plus souvent d'accepter les réclamations des copropriétaires, ses nouveaux "clients". La colère car, également, la gestion n'était pas celle annoncée, avec des charges bien au-delà de ce qui avait été affirmé, avec un syndic imposé.

 

Nous étions isolés, chaque résidence dans son environnement, avec ses multiples problèmes. Puis il y a eu la création (en novembre 2010) d'une association de défense des copropriétaires pour la résidence de Grasse (Alpes Maritimes), ouverte en septembre 2009, afin qu'ils puissent se défendre contre un promoteur menteur et manipulateur et un syndic à ses ordres et non au service du Syndicat des Copropriétaires qui le paie !

 

Nous avons eu de premiers contacts avec d'autres copropriétaires d'autres résidences. Qu'avons-nous constaté? Qu'ils avaient les mêmes problèmes, les mêmes difficultés, que les dommages étaient multiples et les désagréments nombreux.

 

C'est la raison pour laquelle, l'association de défense de Grasse a modifié ses statuts en août 2012 afin de rendre possible l'adhésion des copropriétaires des autres résidences. La première Assemblée Générale nationale s'est déroulée à M+6

Mouans-Sartoux, près de Grasse, le 16 février 2013.

 

Depuis, après Hinx (Landes), la première, contactée car en procès avec le promoteur Les Senioriales, puis Meursac (Charente-Maritime) pour les mêmes raisons, d'autres copropriétaires sont venus nous rejoindre.

Une page "Facebook" a été créée afin de faire connaître notre existence, ce que nous dénonçons et ce que nous voulons entreprendre.

 

Ce site Internet, décidé lors de l'Assemblée Générale du 16 février 2013 a pour but de mettre à la disposition de tous nos adhérents, toutes les informations disponibles et utiles, ce que nous faisons; ainsi que pour la presse nationale ou régionale.

 

Egalement, aux visiteurs, d'obtenir des précisions, certes filtrées, pour nous rejoindre, car nous avons des objectifs qui concernent TOUS LES COPROPRIETAIRES, sans exception, des résidences "Senioriales".

 

Défendre nos intérêts, agir par tous les moyens légaux pour y parvenir, diffuser l'information (Voir les statuts - onglet Organisation).

 

L'ADCS - Association de Défense des Copropriétaires des résidences " Senioriales"  (et Ex Senioriales depuis l'AG du 27 mars 2015) est animée et dirigée par:

  • Un Conseil d'Administration de cinq à sept membres avec un bureau :  Président, Vice président, Secrétaire, Trésorier (e).
  • Un correspondant dans chaque résidence où nous avons des adhérents pour faire le lien entre eux et l'ADCS.

 

L'association publie et diffuse, chaque mois, auprès de ses adhérents une "lettre d'information" électronique afin de les tenir informés de tout ce qui se passe.

Voir toutes les rubriques de ce site en commençant par: LA TROMPERIE.

 

Vous souhaitez nous contacter : utiliser l'onglet "contact".

Les valeurs de l' ADCS :

    Sérieux, Crédibilité, Organisation,           

      Indépendance, Responsabilité.

Ici, en page d'accueil, à partir du 15 septembre 2016, vous saurez tout sur le scandale de la "Loge du gardien" :

Car, la "Loge du gardien" (appartement de fonction) est OBLIGATOIRE dans les résidences Senioriales dites "Village" ! Mais, partie commune à la création de ce concept en 2000 par les frères RAMOS, elle a été curieusement rendue "PARTIE PRIVATIVE" lors du rachat des Senioriales en 2006-2007 ! Les seniors retraités à qui ont a certifié des charges "maîtrisées" doivent la louer chaque mois et acquitter également les charges ! Ils estiment que cette loge leur a été volée !

Mais surtout, vivant sur place, ils ont pu constater que ce poste de gardien n'est pas assumé ! La "loge" a été placée dans le club house à l'intérieur, parfois tout au fond des résidences ! Comment de ce fait assurer la surveillance et la sécurité ? Tout cela est un leurre donc une véritable tromperie au bénéfice d'un "investisseur" qui récupère chaque mois le loyer d'un appartement "de fonction" inutile puisque le gardien n'a aucune astreinte. Ce logement sur place n'a pas d'utilité ni de justification : pas de présence nécessaire la nuit car pas de chaufferie aux Senioriales ! C'est donc bien une duperie que les copropriétaires doivent payer ! Il faut y mettre un terme, nous ne pouvons plus accepter cette situation intolérable, nous appelons les copropriétaires lésés à rejoindre l'ADCS pour agir !

La loge du gardien ?

Dans certaines résidences, c'est une partie commune... Dans d'autres, elle a été "vendue" à un investisseur  (à la moitié du prix des maisons ou appartements payés  par les "seniorrs" )  et les retraités doivent payer un loyer pour loger un gardien qui n'est pas gardien !

La preuve dans le règlement de copropriété et les plans de la résidence
Le promoteur vante "son" concept avec ses avantages c'est à dire des obligations. Parmi elle l'obligation d'avoir un gardien qui s'avère ,être un poste coûteux et pourtant inutile, d'abord car le salarié ne peut exercer cette fonction : Ainsi, par cette obligatoire, le promoteur oblige le gardien a être logé sur place ce qui est une aberration ! Mais, après avoir rendu la loge partie commune - ce qui se comprenait du fait de cette obligation - pour récupérer encore de l'argent sur les retraités (L'Or gris) il l'a vendue ! Ils doivent depuis les résidences 2006-2007, au moment du rachat par le groupe Pierre et Vacances, PAYER UN LOYER pour loger un gardien qui n'est pas gardien !
Litige LOGE et Casteljaloux.pdf
Document Adobe Acrobat 669.7 KB
La preuve (suite) d'une discrimination !
Les articles du règlement de copropriété de la résidence de Casteljaloux. Non seulement il n'y a pas de loyer, mais cet "avantage en nature" est retenu afin d'ajuster le salarie du gardien. Dans les autres résidences, il a un salarie au maximum de la Convention collective + la loge avec tous les avantages !
Litige loge et Casteljaloux (2) 27.1.pdf
Document Adobe Acrobat 1.4 MB

Loge partie "commune" au sein du club house pour les sept premières résidences Senioriales. (voir ci-dessus).. puis "lot privatif" vendu à un investisseur à partir de la huitième (voir ci-dessous) ! Quelle justification ?

La résidence de Rambouillet, ouverte en septembre 2012 - donc après toutes celles ouvertes après les sept premières - dispose (à nouveau !) d'une loge partie commune au sein du club house ! Pourquoi ? C'est bien la preuve que le promoteur pouvait continuer, comme pour les précédentes, à faire de même ?

L'ADCS avant contacté le président des Senioriales de l'époque afin d'engager des discussions (négociations) en vue de trouver une solution amiable à cette situation de plus en plus contestée donc rejetée par les copropriétaires qui apprenaient que d'autres loges étaient bien une partie commune donc sans loyer pour la copropriété !

Mais discussions sans résultat puisque le promoteur estimait alors que les syndicats de copropriétaires pourraient alors "racheter" la loge !!!

Faute de résultats donc de sérieux, l'ADCS mettait fin à ces discussions (ouvertes en novembre 2013) le 30 décembre 2014.

 

Voir à l'onglet "Négociations-discussions".